AdiKt Gallery

Les opposés, c'est en elle que Kate Paul trouve la substance de son art. Elle combine les grands formats sur toile et les panneaux de petites tailles, la solidité d'une composition géométrique et la légèreté des ornements sinueux, un fond sombre avec un motif clair ou l'inverse, la stabilité d'un tableau avec sa propre mobilité de création, un hier dont elle s'inspire avec un demain pour lequel elle crée. Elle recherche le contraste, elle construit une dramaturgie des différences. Ce n'est qu'en liant les oppositions que le sens émerge, nous dit-elle.

Kate vient d'une partie de l'Europe où la transformation, le remplacement de l'ancien par le nouveau, l'accumulation de différents modes de vie et styles, la construction de nouveaux murs sur les anciens, et tous les autres chocs entre l'esprit et la matière sont un modèle de vie. La région historique de Bosse-Silésie est un polimpseste de cultures - allemande, tchèque, polonaise, juive - créé au fil des siècles par les guerres, les pillages et les révolutions, sous l'effet des migrations et des réinstallations, mais aussi par la volonté de vivre des habitants successifs. Ainsi, l'artiste, avec son geste et son talent, poursuit et co-créé cette fascinante superposition de caractéristiques. Une réalisation possible uniquement à cet endroit du monde. Le passé, estime-t-elle, ne laisse personne dans l'oubli ici. « En Bosse-Silésie, on ne peut pas vivre sans lui. Des châteaux et des palais sombres, des villages et des maisons abandonnés, des murs avec des colonnes délabrées, des peintures délavées avec le temps. Ces paysages mystérieux sont restitués dans ses toiles ou dans ses panneaux. » Et elle les inscrit inlassablement entre les versets picturaux de ses œuvres.

Ses grands espaces, le plus souvent sombres, ressemblent aux murs des ruines qui abondent ici et que Kate pénètre avec passion, de façon parfois plus claire comme les pages des lettres ou des livres qu'elle trouve dans une valise de souvenirs familiaux. Il peut s'agir de plans de villes perdues ou de lettres jaunies retrouvées dans les archives. Et c'est en partie ce qu'ils sont. Mais pour elle, il s'agit avant tout de bribes d'histoires qu'elle a découvertes, mais aussi d'allusions et de clins d'œil au spectateur.

Elle aussi peut dessiner des taches, des chemins et des méandres de couleurs. Des symboles errants, des hiéroglyphes, des chiffres, et trouver sa propre histoire, comme le fait l'artiste elle-même : « Elle est un chemin balisé pour se perdre les pistes. Une ligne de couleur éclairant un fond sombre est son El d'Avicenne. Où est-ce qu'elle veut aller ? Vers le mystère. Ses lettres et ses chiffres ne sont pas toujours parfaitement intelligibles, même pour elle parfois. Où est-ce qu'elle les trouve ?

Dans les vestiges du passé. Elle trace l'écriture de vieux documents et d'ornements dans les décombres, les formes de meubles et d'outils détruits. Elle sait que leurs formes sont des codes qui relient hier à aujourd'hui. Elle n'utilise pas la calligraphie pour la beauté de sa forme, comme le font d'autres artistes, ni pour l'expérimentation. Les caractères japonais, latins ou arabes, ou même les numérotations numériques sur ordinateur, sont porteurs de sens. Ils disent quelque chose sur le monde qui les a créés.

Est-ce qu'ils disent quelque chose sur les gens ? Oui. Avec le mouvement de sa main qui peint, elle découvre leurs amours et leurs haines, leurs désirs et leurs peurs - leurs destins. Avec ses inscriptions picturales, elle raconte des histoires sur eux.